6.1.06
Gente de Marrocos TRÊS



Je t'écris de la main gauche
Celle qui n'a jamais parlé
Elle hésite, elle est si gauche
Que je l'ai toujours cachée

Je la mettais dans ma poche
Et là, elle broyait du noir
Elle jouait avec les croches
Et s'inventait des histoires

Je t'écris de la main gauche
Celle qui n'a jamais compté
C’est celle qui faisait les fautes
Du moins on m'l'a raconté

Je m'efforçais de la taire
Pour trouver le droit chemin
Une vie sans grand mystère
Où l'on n’se donne pas la main

Des mots dans la marge étroite
Tout tremblants qui font des dessins
Je me sens si maladroite
Et pourtant je me sens bien

Tiens voilà, c'est ma détresse
Tiens voilà, c'est la vérité
Je n'ai jamais eu d'adresse
Rien qu'une fausse identité

Je t'écris de la main bête
Qui n'a pas le poing serré
Pour la guerre elle n'est pas faite
Pour le pouvoir n'est pas douée

Voilà que je la découvre
Comme un trésor oublié
Une vue que je retrouve
Pour les sentiers égarés

On prend tous la ligne droite
C'est plus court, oh oui, c'est plus court
On voit pas qu'elle est étroite
Il n'y a plus d’place pour l'amour

Je voulais dire que je t'aime
Sans espoir et sans regrets
Je voulais dire que je t'aime, t'aime
Parce que ça sent le vrai

(De la main gauche, de Danielle Messia, cantado por Catherine Ribeiro)

Mostrou-me esta música hoje, uma amiga. Cantámos os dois. Nada melhor que ela para descrever as mulheres em Marrocos. Voltarei a falar sobre elas, sim.



HaloScan.com